Le fonctionnement de l'appareil génital féminin - pyrenees 66

Pour comprendre le synchronisme des cycles sexuels, on a recours à des ... d' identifier diverses substances dont le taux sanguin varie au cours du cycle :.

ads

un extrait du document


Le fonctionnement de l'appareil génital féminin
L'appareil génital féminin 1 : utérus
2 : vagin
3 : orifice génital
4 : lèvres
5 : trompe
6 : ovaires
7 : oviducte
8 : vessie
9 : urètre
10 : clitoris
11 : orifice urinaire La reproduction n'est pas toujours possible chez la femme : le
fonctionnement de l'appareil reproducteur est cyclique.
Les cycles sexuels
Si la reproduction n'est pas toujours possible, c'est que l'ovaire
fonctionne de façon cyclique
Le cycle ovarien Légende :
a : follicule de De Graaf
b : follicule en croissance
c : follicule primaire
d : follicule primordial
e : corps jaune
On trouve dans l'ovaire des follicules, formés d'un ovocyte entouré de
cellules folliculaires.
A chaque cycle, une dizaine de follicules grossissent, mais un seul survit
et est expulsé : c'est l'ovulation.
Les cellules qui entouraient l'ovocyte se chargent alors d'un pigment et
forment le corps jaune, qui dégénère en corps blanc s'il n'y a pas
fécondation. On distingue donc dans le cycle ovarien 2 phases :
- la phase folliculaire
- la phase lutéinique
Il existe un autre cycle, dont la manifestation est plus nette : le cycle
utérin
Le cycle utérin
Ce cycle se manifeste par les menstruations, qui sont des dégradations
cycliques de la muqueuse de l'utérus, ou endomètre.
. Après les menstruations, on observe le développement de glandes, la
formation de vaisseaux sanguins : l'épaisseur augmente
. En fin de phase lutéinique, il y a atrophie des muqueuses, dégénérescence
et expulsion Cycle des températures
on note une augmentation de la température corporelle après l'ovulation. [pic] Chez la femme, à partir de la puberté et jusqu'à la ménopause, la
physiologie sexuelle s'inscrit dans un cycle menstruel. Problème :
comment ces cycles sont-ils synchronisés ? Le synchronisme des cycles sexuels Le contrôle ovarien
Le synchronisme des cycles sexuels Partie I
Pour comprendre le synchronisme des cycles sexuels, on a recours à des
observations médicales ou expérimentales. Analysez chacune des observations
suivantes pour tenter de savoir de quelle façon s'effectue le contrôle des
cycles. 1- Chez certaines femmes, on doit recourir à l'ablation de l'utérus, alors
que les ovaires sont conservés. On constate que les ovaires gardent leur
fonctionnement normal : on y trouve des follicules et des corps jaunes.
Le cycle de la température a toujours lieu.
2- Chez les femmes en période d'activité reproductrice, il arrive que l'on
procède à une castration (ablation des ovaires = ovariectomie). Les
règles ne se produisent plus, l'utérus s'atrophie progressivement.
3- Chez une souris castrée, on observe aussi une diminution du poids de
l'utérus. Si on greffe chez l'animal un fragment d'ovaire en un point
quelconque du corps, l'utérus retrouve son poids normal. On obtient le
même résultat en injectant des extraits ovariens. Correction : 1- l'utérus ne contrôle ni les ovaires ni la température du corps
2- les ovaires contrôlent l'utérus
les ovaires agissent par l'intermédiaire d'une substance transportée par le
sang : une hormone
Partie II L'analyse chimique d'extraits ovariens a permis d'identifier diverses
substances dont le taux sanguin varie au cours du cycle :
- l'?stradiol, fabriqué par le follicule (thèque et granulosa),
provoque une augmentation de la masse de l'utérus
- la progestérone, sécrétée par le corps jaune, stimule la sécrétion
des glandes de l'endomètre et provoque une élévation de la
température corporelle
Le document ci-dessous vous montre l'évolution de ces taux au cours du
temps
1- Décrire l'évolution des taux d'hormones au cours des différentes phases
du cycle.
2- Expliquez l'évolution de ces taux.
3- Réalisez un schéma fonctionnel montrant les relations qui existent entre
les ovaires et l'utérus. [pic] Correction :
1- Décrire l'évolution des taux d'hormones au cours des différentes phases
du cycle :
- le taux d'oestradiol augmente en phase folliculaire, puis descend
en phase lutéinique
- la progestérone apparaît en phase lutéinique et son taux augmente
au cours de cette phase
2- Expliquez l'évolution de ces taux :
- l'oestradiol est fabriquée par le follicule, qui grossit au cours
de la première phase : le taux augmente donc
- la progestérone est fabriquée par le corps jaune qui n'apparaît
qu'en phase lutéinique, et grossit pendant cette phase
Les ovaires exercent un contrôle sur le cycle utérin et celui des
températures.
Ce contrôle s'exerce par l'intermédiaire d'hormones, transportées par le
sang :
- l'oestradiol, sécrété majoritairement en phase folliculaire et qui
provoque un développement de la masse de l'utérus
- la progestérone, sécrétée en phase lutéinique, qui stimule la sécrétion
des glandes utérines et provoque l'élévation de la température
corporelle. Problème :
comment l'hormone peut-elle agir sur des cellules ?
> elle doit se fixer, donc il doit y avoir un récepteur > schéma fonctionnel complet Remarque : quel est l'intérêt d'avoir l'utérus contrôlé par les ovaires ?
> l'ovulation se fait lorsque l'utérus est prêt L'ovaire contrôle le cycle utérin, ce qui synchronise l'ovulation et la
réceptivité utérine à l'implantation de l'embryon
Problème : pourquoi y a-t-il sécrétion successive de 2 hormones ?
> il doit y avoir un contrôle supérieur
Le contrôle hypophysaire
1- contrôle de l'ovaire par l'hypophyse Le contrôle de l'ovaire On a réalisé des expériences sur divers Mammifères femelles.
. la suppression de l'hypophyse antérieure d'une rate pubère provoque la
régression de ses ovaires et la diminution de volume de son utérus. Les
cycles sexuels s'interrompent.
. l'ablation de l'hypophyse antérieure chez la femme ou la guenon entraîne
la disparition des menstruations et l'arrêt de la production d'oestrogène
et de progestérone.
. l'injection d'extraits d'hypophyse antérieure à des femelles
hypophysectomisées rétablit l'activité ovarienne, mais celle-ci n'est pas
cyclique 1- Analysez chaque expérience et dégagez ce qu'elle apporte On a isolé dans l'hypophyse antérieure deux substances, la FSH et la LH qui
ont le même effet que les extraits bruts. Ces substances sont appelées
gonadostimulines.
Les graphes suivants vous montrent l'évolution des taux hormonaux au cours
d'un cycle normal [pic] 2- Analysez l'évolution de ces taux au cours du cycle Correction Question 1 :
1- les ovaires n'ont pas un fonctionnement autonome; ils sont sous la
dépendance de l'hypophyse.
2- confirmation. Pas d'hormones ovariennes: atrophie utérus
3- l'hypophyse agit par l'intermédiaire de substances véhiculées par le
sang: ce sont des hormones.
L'injection se fait de façon constante: il ne peut pas y avoir de
fonctionnement cyclique Question 2 :
- FSH: taux plus fort en phase folliculaire
- LH: pic à l'ovulation
- oestradiol: phase folliculaire
- progestérone: phase lutéinique
On sait que LH et FSH contrôlent l'ovaire. On peut penser que FSH entraîne
le développement du follicule, qui produit l'oestradiol, et que LH provoque
l'ovulation et la lutéinisation
L'hypophyse est une petite glande située à la base. Elle sécrète des
hormones appelées gonadostimulines : la FSH et la LH.
. la FSH, sécrétée surtout en phase folliculaire, permet la maturation du
follicule, qui produit à son tour de l'oestradiol
. le pic de LH permet l'ovulation et provoque la lutéinisation des cellules
folliculaires.
2- le rétrocontrôle ovarien influence de l'ovariectomie sur le fonctionnement de l'hypophyse Voici quelques données cliniques:
Première série d'expériences:
. la suppression des ovaires d'une rate pubère produit une hypertrophie de
l'hypophyse antérieure, alors que l'utérus demeure atrophié.
. on mesure les taux plasmatiques de LH et FSH après castration chez un
rate: le graphe ci-dessous vous donne les variations de FSH. Le taux de
LH subit la même évolution 1- Expliquez la relation qui est mise en évidence ici entre les différents
organes Deuxième série d'expériences:
On castre des femelles de singes Rhésus. Quelques semaines après
l'opération, on leur administre, par perfusion ou par implant, de
l'?stradiol ou de la progestérone. On observe les résultats suivants:
. la progestérone seule n'a pas d'effet
. quand on perfuse de l'?stradiol de telle sorte que son taux dans le sang
reste inférieur à 0,1 µg/l, les concentrations de FSH et de LH
redeviennent normales, mais elles ne subissent pas de variations
cycliques.
. Quand on perfuse de l'?stradiol de telle sorte que son taux plasmatique
soit supérieur à 0,1 µg/l, on fait apparaître les pics de FSH et de LH, à
condition que ce taux soit maintenu pendant un temps assez long (36 à 48
heures), et jusqu'à l'apparition des pics. Les pics restent uniques, même
si on continue à perfuser l'?stradiol. 2- Analysez les expériences et précisez les rôles des hormones ovariennes
Correction
Première série 1- Il existe un contrôle de l'hypophyse par les ovaires. On sait que
l'hypophyse contrôle l'ovaire: il s'agit donc ici d'un contrôle en retour
ou rétrocontrôle
2- Les taux de FSH et de LH augmentent après la castration.
La castration provoque une hypersécrétion des hormones hypophysaires, et
donc une hypertrophie de l'hypophyse
Deuxième sé
ads