LE SYNCHRONISME DES CYCLES SEXUELS

LE SYNCHRONISME DES CYCLES SEXUELS. A. Le déterminisme du cycle utérin ... d- Chez la femme, la mesure au cours d'un cycle normal des taux ...

ads

un extrait du document


LE SYNCHRONISME DES CYCLES SEXUELS A. Le déterminisme du cycle utérin a- L'ablation de l'utérus, chez l'animal, est sans effet sur le cycle
ovarien; par contre, l'ovariectomie bilatérale entraîne une atrophie de
l'utérus et un arrêt des cycles utérins (figure 1 ).
b- Un utérus dont tous les nerfs sont sectionnés conserve une activité
cyclique normale.
c- Un fragment d'utérus, greffé dans une région quelconque de l'organisme
d'une rate, subit les mêmes transformations que l'utérus normalement en
place.
d- L'injection à des doses convenables, chez une femelle castrée
ovariectomisée, de deux substances extraites d'ovaires de femelles adultes
(oestradiol et progestérone) rétablit les cycles utérins. 1. Utilisez cette première série d'expériences pour préciser la nature
des relations qui existent entre ovaires et utérus.
2. Etudiez les courbes de variation des hormones ovariennes pour en
déduire quelles sont les cellules qui secrètent ces hormones dans
l'ovaire (la quantité d'hormone sécrétée dépend de la quantité de
cellules sécrétrices .) B. Le déterminisme du cycle ovarien a- L'ablation du lobe antérieur de l'hypophyse entraîne une atrophie des
ovaires et la disparition des cycles ovarien et utérin (figure 2).
b- Chez un animal hypophysectomisé, l'injection d'extraits
antéhypophysaires restaure le développement de l'ovaire et entraîne parfois
la reprise des cycles utérin et ovarien.
c- L'injection des mêmes extraits à un animal ovariectomisé ne provoque
jamais la reprise des cycles utérins.
d- Chez la femme, la mesure au cours d'un cycle normal des taux
plasmatiques de FSH et de LH, substances isolées dans les extraits
hypophysaires, permet de tracer les courbes. 1. Utilisez cette deuxième série d'expériences pour établir les relations
existant entre hypophyse, ovaires et utérus.
2. Etudiez les courbes pour préciser le rôle des deux gonadostimulines
(FSH et LH) au niveau de l'ovaire. LE CONTROLE HYPOTHALAMIQUE DES SECRETIONS HYPOPHYSAIRES
. 1re expérience: résultats Chez une femelle de macaque rhésus, on a réalisé une lésion sélective de la
région postérieure de l'hypothalamus dont on a sectionné toutes les
connexions nerveuses; il en résulte de profondes perturbations dans le
fonctionnement génital: perte de l'activité cyclique, suppression des
menstruations...
Les sécrétions hypophysaires de FSH et de LH sont mesurées avant et après
la lésion, les résultats sont traduits par les courbes (a) et (b) de la
fig. 1. . 2e expérience: résultats Chez une autre femelle de macaque rhésus ayant subi une lésion identique,
on réalise des perfusions par voie intraveineuse d'une substance isolée de
l'hypothalamus: la GnRH :
- soit de façon discontinue, à raison de 1 ?g par minute pendant 6 minutes,
toutes les 60 minutes ; l'animal retrouve alors des menstruations
régulières ;
- soit de façon continue, avec des concentrations variant entre 0,001 et 1
?g/l.
Au cours de cette expérience, on suit l'évolution de la sécrétion des
hormones hypophysaires FSH et LH; celle-ci est représentée par les courbes
de la fig. 2. EXPLOITATION 1- Etudiez les courbes 1 (a) et (b) pour mettre en évidence les relations
existant entre l'hypophyse et l'hypothalamus.
2- Etudiez les courbes 2 pour préciser la caractéristique d'une sécrétion
de GnRH efficace.
LE RETROCONTROLE OVARIEN
Après ovariectomie de femelles adultes de macaque rhésus, ce qui permet de
maîtriser les variations plasmatiques de la concentration oestrogènes, on
mesure les taux plasmatiques de LH et des hormones ovariennes; les
résultats obtenus sont représentés par les courbes (b).
Quelques mois après la castration, un implant d'oestradiol est introduit
sous la peau des guenons :
- la libération d'oestradiol dans le milieu intérieur des guenons est
telle que le taux plasmatique d'oestrogènes se maintient pendant de
nombreux jours à des taux voisins de ceux qui existent au début de la
phase folliculaire du cycle menstruel (environ 60 pg /ml) ;
- 17 jours après la mise en place de l'implant, de l'oestradiol est
injecté par voie intraveineuse, de telle sorte que la concentration
plasmatique d'oestradiol s'élève à des taux voisins de ceux existant
en fin de phase folliculaire d'un cycle normal (> O, 1 ?g/l ).
Les taux plasmatiques de LH sont mesurés pendant toute la durée de
l'expérience, et les courbes (c) indiquent les résultats obtenus. EXPLOITATION 1 - Déduisez de l'analyse comparative des courbes (a) et (b) les
conséquences de la castration, sur le taux plasmatique de LH.
2- Comparez les courbes (a) et (c) pour en déduire l'effet de l'injection
d'oestradiol sur la sécrétion de LH par le lobe antérieur de l'hypophyse.
3- Utilisez les réponses des deux questions précédentes pour expliquer
l'évolution du taux plasmatique de LH au cours d'un cycle normal ( courbe
(a)). -----------------------
[pic] [pic] [pic] [pic] [pic] [pic]
ads