universite de paris-dauphine - Crefige - Université Paris-Dauphine

I. Evolution et contextes du contrôle de gestion et de la comptabilité de gestion ... Cet enseignement a lieu sous la forme d'un cours de 7 séances de 3 heures. ..... il est mort en 1954) : "Dans le livre Une méthode uniforme d'établissement des ...

ads

un extrait du document



Université de Paris-Dauphine UFR Sciences des organisations DEA 124 : Comptabilité, décision, contrôle
Les concepts du contrôle
« Syllabus »
Henri Bouquin 2004 - 2005 Organisation 3 Niveau requis et niveau visé 4 Contenu détaillé du cours 6 Liminaire : quelques ambiguïtés 6 I. Evolution et contextes du contrôle de gestion et de la comptabilité de
gestion 6
A - La construction d'outils qui deviendront des langages 6
B - Le gouvernement à distance et la représentation de l'entreprise 8 II. Les hypothèses fondamentales du contrôle de gestion classique 18
A - Les concepts du modèle de contrôle de gestion 18
B - Les hypothèses du modèle classique de contrôle de gestion :un modèle
paradoxal pour répondre à des attentes paradoxales 20 Conclusion : méthodologies, paradigmes et courants de recherche 23
A - Qu'est-ce que la recherche en comptabilité de gestion et en contrôle
de gestion ? 23
B - La comptabilité et le contrôle de gestion sont traversés par les
courants qui s'appliquent à la théorie des organisations... et leurs
pratiques peuvent y contribuer 24 Exemples typiques 33 Organisation Cet enseignement a lieu sous la forme d'un cours de 7 séances de 3 heures. Il donne lieu à un contrôle des connaissances dont le but est de tester la
capacité des étudiants à appliquer à un texte (de recherche ou non) - les connaissances supposées acquises à l'issue du cours,
- la capacité critique et méthodologique qui va de pair. Un travail personnel est requis en complément de l'assistance aux cours.
Quelques manuels et ouvrages de référence sont indiqués ci-dessous. Leur
lecture est supposée faite. Le syllabus mentionne ensuite le plan du cours
et les textes sources rattachés à chacun des points évoqués, sans
évidemment qu'il soit supposé que chacun ait lu l'intégralité de ces
derniers textes pour le contrôle final.
Niveau requis et niveau visé Ce cours exige un niveau préalable de parfaite compétence quant aux
méthodes et techniques du contrôle de gestion correspondant à un second
cycle adapté (type école de commerce ou MSG, option contrôle) et se
manifestant par une grande aisance dans le maniement des outils et des
techniques du contrôle de gestion (dont l'exposé se sera évidemment pas
repris ici). Sur cet acquis de base, le cours vise à une maîtrise des fondements de la
discipline. Il doit être complété pas des lectures afin d'acquérir les
connaissances nécessaires, que l'on peut trouver dans les ouvrages suivants
:
Des manuels de référence : Anthony R.N., Dearden J., Govindarajan V. (1992), Management control
systems, Homewood, Irwin, 7e éd.
Anthony R.N. (1988), The Management Control Function, HBSP. Trad. fr. 1993.
Bouquin H. (2004), Le contrôle de gestion, Paris, PUF, coll. "Gestion", 6e
éd.
Bouquin H. (2004), Comptabilité de gestion, Paris, Économica, 3ème éd.
Bouquin H. (1997), Comptabilité de gestion, Paris, Sirey, coll.
"Administration des entreprises", 2e éd.
Löning H., Pesqueux Y. (1998), Contrôle de gestion, Paris, Dunod.
Macintosh N. B. (1994), Management accounting and control systems ; an
organizational and behavioral approach, Chichester, John Wiley & Sons.
Merchant K.A. (1998), Modern Management Control Systems : Text and Cases,
Upper Saddle River, Prentice-Hall, 851+11 p.
Teller R. (1999), Le contrôle de gestion ; pour un pilotage intégrant
stratégie et finance, Caen, EMS.
Simons R. (2000), Performance Measurement and Control Systems for
Implementing Strategy, Texts and Cases, Upper Saddle River, Prentice
Hall.
Zimmerman J. L. (1995), Accounting for Decision Making and Control,
Chicago, Irwin.
Des revues de littérature ou recueils d'articles significatifs : Emmanuel C., Otley D., Merchant K. (1992), Readings in accounting for
management control, London, Chapman & Hall, 680 p.
Hopwood A.G., Miller P. (ed.) (1994), Accounting as social and
institutional practice, Cambridge, Cambridge University Press, 324 p.
Pesqueux Y. (coord.) (1999), Questions de contrôle, Paris, PUF.
Puxty A.G. (1993), The social and organizational context of management
accounting, London, Academic Press.
Des synthèses brèves : Berland N. (2002), Le contrôle budgétaire, Paris, La Découverte .
Bouquin H. (1994), Les fondements du contrôle de gestion, Paris, PUF, "Que
sais-je ?", n° 2892 (2e éd. 1997).
Bouquin H. (1997), La comptabilité de gestion, Paris, PUF, "Que sais-je ?",
n° 3175 (2e éd. 2001). Traduit en japonais.
Bouquin H., Pesqueux Y. (1999), 20 ans de contrôle de gestion, ou le
passage d'une technique à une discipline, Comptabilité, Contrôle, Audit,
mai, p. 93-106.
Bouquin H. (2001), Théorie des organisations et contrôle, dans Colasse
B.(coord.), Encyclopédie de comptabilité, contrôle de gestion et audit,
Paris, Economica.
Burlaud A., Simon C (1997), Le contrôle de gestion, Paris, La Découverte.
Lebas M., Mévellec P. (1999), Vingt ans de chantiers de comptabilité de
gestion, Comptabilité, Contrôle, Audit, n° spécial, mai, p 77-92.
Martory B. (1999), Vingt ans de contrôle de gestion sociale, Comptabilité,
Contrôle, Audit, n° spécial, mai, p 165-178.
Contenu détaillé du cours
Liminaire : quelques ambiguïtés
Management accounting (GB, US) et controllership
Le contrôle : maîtriser, vérifier (le contre-rolle)
Le contrôle de gestion n'est pas ce que fait le contrôleur de gestion :
appropriation du contrôle, concurrents du contrôleur I. Evolution et contextes du contrôle de gestion et de la comptabilité
de gestion
A - La construction d'outils qui deviendront des langages 1) L'apparition de la comptabilité de gestion avec la Révolution
industrielle Bouquin H. (1993), Comptabilité de gestion, Sirey-Dalloz, Paris.
Garner S.P. (1954), Evolution of cost accounting to 1925, University of
Alabama Press, 415 p.
Johnson H.T., Kaplan R.S. (1987), Relevance lost ; the rise and fall of
management accounting, Boston, Harvard Business School Press, 269 p.
Littleton A.C. (1933), Accounting evolution to 1900, New York, Garland
Publishing Co, 1988 (rééd.), 373 p.
Nikitin M. (1992), La naissance de la comptabilité industrielle en
France, thèse de Doctorat es Sciences de Gestion, Université Paris
Dauphine, déc., 533 p.
Solomons D. (ed) (1952), Studies in costing, London, Sweet & Maxwell,
rééd. 1968, Prentice-Hall,
Solomons D. (1952), The historical development of costing, dans Solomons
D. (ed.), Studies in costing, London, Prentice-Hall, p. 3-49.
2) Les hypothèses explicatives
L'hypothèse de Johnson-Chandler-Williamson-Coase Chandler A.D. Jr. (1977), La main visible des managers, Paris,
Economica, 1989 (trad.).
Johnson H.T. (1981), Toward a new understanding of nineteenth-century
cost accounting, The Accounting Review, Vol. LVI, n° 3, p. 510-518.
Johnson H.T. (1983), The search for gain in markets and firms : a review
of the historical emergence of management accounting systems,
Accounting, Organizations and Society, vol. 8, n° 2/3, p. 139-146. Cet
article est suivi d'une critique : Flamholtz D.T. (1983), The market
and hierarchies framework : a critique of the model's applicability to
accounting and economic development, Accounting, Organizations and
Society, vol.8, n° 2/3, p. 147-151.
. L'hypothèse de Solomons-Nikitin (contredite par le cas Rimailho)
Nikitin M. (1992), La naissance de la comptabilité industrielle en
France, thèse de Doctorat es Sciences de Gestion, Université Paris
Dauphine, déc., 533 p.
Nikitin M.(1990), Mise en place d'un système de comptabilité
industrielle chez Saint Gobain (1820-1880), Cahier de recherche n°
9002, CREFIGE, Université Paris Dauphine.
Solomons D. (1952), The historical development of costing, dans Solomons
D. (ed.), Studies in costing, London, Prentice-Hall, p. 3-49. Repris
dans D. Solomons (ed.), Studies in Cost Analysis, Londres, Sweet &
Maxwell, 1968 (p. 3-49). ( Repères Il convient de ne pas supposer que la demande pour une réduction des coûts
se traduit de manière automatique par une demande pour une méthode plus
sophistiquée de calcul des coûts. De même, et c'est pourtant moins évident,
qu'une demande de choix économiques plus rationnels ou plus mesurés
n'implique pas nécessairement la mise en place de systèmes de contrôle de
gestion plus complexes. Hansen S.C. (1998), Cost analysis, cost reduction and competition,
Journal of Management Accounting Research, vol. 10, p. 181-203.
. L'hypothèse "radicale" ou « critique » « Courant critique : courant s'opposant au paradigme fonctionnaliste qui
tend à considérer l'organisation comme un système de coopération harmonieux
et en équilibre. Pour les diverses expressions du courant critique,
s'inspirant des théories marxiste et actionnaliste, l'organisation est
essentiellement vue comme un lieu d'affrontements et de conflits. »
« Théorie actionniste : courant s'opposant au fonctionnalisme et au biais
de réification propre à une certaine approche systémique. Il considère
l'univers organisationnel comme socialement construit et souligne le fait
que les actions
ads