université de paris-dauphine - Crefige

Chaque séance alterne un exposé de cours (forcément bref et à compléter par ... Bouquin H. (2001), Le contrôle de gestion, 5e édition mise à jour, Paris, PUF, ...

ads

un extrait du document


Université de Paris-Dauphine 2002-
2003 UFR Sciences des Organisations DESS 202 : Contrôle de Gestion origines, enjeux et Évolutions
du contrôle de gestion
Henri Bouquin Syllabus
2002 - 2003 Organisation Le DESS suppose une base de départ correspondant à une bonne formation en
contrôle de gestion, en stratégie et en finance, du type MSG filière
contrôle ou finance. Une bibliographie est jointe ci-dessous. Chaque séance alterne un exposé de cours (forcément bref et à compléter par
des lectures) et des études de cas selon le planning indiqué en fin de
document. Une équipe désignée au moment de la séance prend en charge la
présentation du cas, que bien évidemment toutes les équipes ont préparé. Un test final intervient (étude de cas). Il compte pour 50 % de la note. Manuels de reference du cours Le cours exige un niveau préalable de connaissance des méthodes et
techniques du contrôle de gestion qui peut être trouvé ou vérifié dans Bouquin H. (1994), Les fondements du contrôle de gestion, Paris, PUF, "Que
sais-je ?", n° 2892. Le niveau auquel correspond la finalité du cours est celui de : Bouquin H. (2001), Le contrôle de gestion, 5e édition mise à jour, Paris,
PUF, 462 p. La documentation disponible en contrôle de gestion comporte notamment, à
l'exclusion des ouvrages destinés à des niveaux inférieurs à celui du
DESS :
Les grands manuels américains de référence : Anthony R.N., Govindarajan V. (1998), Management control systems, Homewood,
Irwin-McGraw-Hill, 869 p ou edition ultérieure.
Macintosh N. B. (1994), Management accounting and control systems ; an
organizational and behavioral approach, Chichester, John Wiley & Sons
(ouvrage spécifiqueement consacré aux "paradigmes" du contrôle de
gestion).
Merchant K.A. (1998), Modern Management Control Systems : Text and Cases,
Upper Saddle River, Prentice-Hall, 851+11 p.
Simons R. (2000), Performance Measurement and Control Systems for
Implementing Strategy, Texts and Cases, Upper Saddle River, Prentice
Hall.
Des ouvrages spécifiques aux bases comptables et financières du contrôle de
gestion Batsch L. (1999), Finance et stratégie, Paris, Economica, 392 p.
Boisvert H. (1991), Le contrôle de gestion ; vers une pratique renouvelée,
Montréal, Ed. du Renouveau Pédagogique Inc., 278 p.
Bouquin H. (2000), Comptabilité de gestion, Paris, Économica (réimpression
2001).
Bouquin H. (1997), Comptabilité de gestion, Paris, Sirey, coll.
"Administration des entreprises", 2e éd.
D'autres manuels et textes spécialisés : Anthony R.N. (1988), The Management Control Function, HBSP. Tr. fr. 1993.
Bescos P.-L., Mendoza C. (1994), Le management de la performance, Paris,
ECM, 287 p.
Brimson J.A., Antos J. (1994), Activity-based management for service
industries, government entities, and nonprofit organizations, New York,
John Wiley and Sons, 364 p.
Brimson J.A., Antos J. (1999), Driving Value Using Activity-Based
Budgeting, New York, John Wiley, 276 p.
Demeestère R., Lorino P., Mottis N. (1997), Contrôle de gestion et
pilotage, Paris, Nathan, 251 p.
Johnson H.T. (1992), Relevance regained ; from top-down control to bottom-
up empowerment, New York, The Free Press, 228 p.
Johnson H.T., Kaplan R.S. (1987), Relevance lost ; the rise and fall of
management accounting, Boston, Harvard Business School Press, 269 p.
Kaplan R.S., Norton D.P. (1996), Translating Strategy into Action : The
Balanced Scorecard Boston (Mass.), Harvard Business School Press, 321 p.
Tr. fr., Le tableau de bord prospectif, éd. d'Organisation.
Löning H., Pesqueux Y. (1998), Contrôle de gestion, Paris, Dunod.
Lorino P. (1997), Méthodes et pratiques de la performance, Paris, Ed.
d'Organisation, 512 p.
Mévellec P. (1990a), Outils de gestion ; la pertinence retrouvée, Paris,
éditions Comptables Malesherbes, 198 p.
Miller D. (1990), The Icarus Paradox, How Exceptional Companies Bring About
Their Own Downfall, Harper, 306 p.
Mintzberg H. (1994), The Rise and Fall of Strategic Planning, New York, The
Free Press. Trad : Grandeur et décadence de la planification stratégique,
Paris, Dunod, 456 p.
Shank J., Govindarajan V. (1993), Strategic cost management, the new tool
for competitive advantage, New York, The Free Press. Tr. fr., La gestion
stratégique des coûts, Paris, éd. d'Organisation, 1995, 239 p.
Simons R. (1995), Levers of control, Harvard Business School Press, Boston.
Zimmerman J. L; (1995), Accounting for Decision Making and Control,
Chicago, Irwin.
Des revues de littérature ou recueils d'articles significatifs : Emmanuel C., Otley D., Merchant K. (1992), Readings in accounting for
management control, London, Chapman & Hall, 680 p.
Hopwood A.G., Miller P. (ed.) (1994), Accounting as social and
institutional practice, Cambridge, Cambridge University Press, 324 p.
Puxty A.G. (1993), The social and organizational context of management
accounting, London, Academic Press.
Des synthèses brèves : Bouquin H. (1997), La comptabilité de gestion, Paris, PUF, "Que sais-je ?",
n° 3175 (2e éd. 2001).
Burlaud A., Simon C (1997), Le contrôle de gestion, Paris, La Découverte.
Malo J.-L., Mathé J.L., (1998), L'essentiel du contrôle de gestion, Paris,
EO.
Teller R. (1999), Le contrôle de gestion ; pour un pilotage intégrant
stratégie et finance, Caen, EMS. Plan du cours et cas Préambule : le paradoxe d'une discipline en reconstruction (Anthony 1965 et
1988, Simons 1995). Qui a inventé le contrôle de gestion ?
Liminaire : quelques ambiguïtés - Management accounting (GB, US) et controllership
- Le contrôle est un référentiel : maîtriser, vérifier (le contre-
rolle des rois de France au XIIIe siècle)
- Le contrôle de gestion n'est pas ce que fait le contrôleur de
gestion : l'appropriation du contrôle, les concurrents du
contrôleur
- Pourquoi les contrôleurs existent-ils encore ? Un déficit de
communication (cf. DRH à l'inverse, qualité,...).
I. La mise en place de l'outil comptable et l'émergence induite du contrôle
de gestion 1) Les quatre phases historiques de la comptabilité « de gestion » 2) L'apparition de la comptabilité de gestion avec la Révolution
industrielle, sa codification progressive 3) Le taylorisme et ses apports comptables - Qu'appelle-t-on taylorisme ? L'homme "calculable", "rendre le
contrôle à la direction". La généalogie militaire (Polytechnique,
West Point).
- La méthode des sections homogènes et les coûts préétablis : Taylor
ou ses suivants ?
- L'imputation rationnelle et Gantt 4) L'émergence du contrôle de gestion : les outils créent le système
organisationnel - Le contexte : Du Pont et GM (managers et propriétaires, stratégie
de diversification et d'expansion rapide, GM et Ford, Sloan,
manager substantif ?)
- Le contenu : création de la direction générale, décentralisation-
centralisme par la modélisation, anticipation par les systèmes de
planification, systèmes d'information, mesure des performances
-Brown et le ROI-, facturations internes, reporting, motivation par
l'intéressement.
Cas 1: General Motors - Les premiers dérapages : les années 50 (GE, le direct costing...),
la gestion par les chiffres. Cas 2: Verreries canadiennes 5) L'évolution française - Rimailho, la CEGOS, Detoeuf : 1928-1937, le régime de Vichy :
sections homogènes, corporatisme et Comités d'Organisation
- Types de rationalités (Simon)
- La séparation des comptabilités : comptabilité industrielle,
analytique, de gestion
- La querelle du direct costing aux seuls USA
II. Les hypothèses fondamentales du contrôle de gestion classique 1) La problématique du contrôle - La problématique du contrôle de gestion : décisions-actions-
résultats
- Actions, contrôle, audit
- Cinq questions sont posées par cette problématique :
. Comment identifier les résultats visés ?
. Qui décide ?
. Comment décider ?
. Comment déclencher l'action ?
. Comment être réactif ?
- Le processus de contrôle et ses pathologies : finaliser, piloter,
postévaluer
- La typologie d'Anthony
Cas 3: Méridien
- La pathologie (?) du processus : pathologie ou remise en cause du
paradigme ?
- Le délicat équilibre du modèle classique (réinventé parfois dans
les années 90).
- La contingence du contrôle selon la typologie de Mintzberg 2) L'hypothèse de cloisonnement dans le temps et dans l'espace - L'hypothèse de cloisonnement : le centre de responsabilité
. Typologie
. ROI et Prix de cession internes : le modélisable ou la
tautologie ?
. L'ambiguïté technologique (Thompson, Perrow, Hofstede, Ouchi)
. La fausse nouveauté de la création de valeur pour les
actionnaires (shareholders) face à l'idéologie concurrente de
la valeur pour les stakeholders.
- Un malaise déjà ancien : coûts discrétionnaires, BBZ.
ads