ARCHITECTURE DES RESEAUX LOCAUX

2 Comportements dégénératifs des entités architecturales en cours d'exécution ... Figure1.1.3/1 : Architecture logique d'une machine de von Neumann ... Tableau 1.2.5/1 : état des entités architecturales .... automatisée et autorégulée, surveillance des ressources, modes de fonctionnement dégradés et continuité du service, ...

ads

un extrait du document



ARCHITECTURE DES RESEAUX LOCAUX
I. Généralité sur les réseaux locaux : 3 a) Définitions 3
b) Avantages de la mise en réseau des ressources : 3
c) Place des LAN dans les réseaux informatiques : 4 II. Grandeurs utilisées dans les réseaux : 5 a) Définitions majeures : 5
b) Applications : 6 III. Le modèle OSI : 7 a) Décomposition en couches : 7
b) Rôle des 7 couches du modèle OSI : 8
c) Intervention des couches dans un LAN : 11 IV. Les supports de transmission : 11 a) Généralité sur les câbles utilisés en réseau : 11
b) La paire torsadée ou Twisted pair : 12
c) Le câble coaxial (Thin Ethernet ou Thick Ethernet) : 13
d) La fibre optique : arrivée tardive vers 1970 14
e) Les systèmes sans fils, parfois une nécessité : 15
f) L'accès au support : du câble à l'ordinateur 15 V. Les différentes Topologies : 16 a) Généralités : 16
b) La topologie en ÉTOILE : 16
c) La topologie en BUS : 17
d) La topologie en anneau : 18 VI. Les équipements d'interconnexion : 19 a) Quatre grands types d'équipement : 19
b) le répéteur ou Hub: 19
c) le pont : 19
d) le routeur : 19
e) Commutateurs ou switchs : 20
f) l'interconnexion dans les réseaux locaux : 20
g) la gestion des câblages réseaux : 21
h) Règles de câblage ETHERNET : 22 VII. Le traitement des données : 23 a) Après l'étape de codage, la transmission : 23
b) les modes de transmission : 23
c) les problèmes de synchronisation : 24
d) la synchronisation bit : 2 opérations 24
e) la synchronisation caractère : deux étapes nécessaires : 25 VIII. Transmission en bande de base : 25 a) Généralités : 25
b) la catégorie NRZ (No Return to Zéro) : 26
c) La catégorie biphase : 27
d) La catégorie bipolaire : 28
e) le spectre de puissance des signaux en bande de base : 30 IX. Transmission en Modulation : 30 a) Généralités : 30
b) les différents types de modulation : 31
c) Combinaison des modulations de base : 33 X. Les modes d'exploitation : 34 a) Généralités : 34
b) Le mode simplex : 34
c) Le mode Half-Duplex : 34
d) Le mode Full Duplex : 35
e) Le mode Full- Duplex à annulation d'écho : 36 XI. L'interface série V.24 : 37 a) Généralités : 37
b) La jonction V.24 : 38
c) Caractéristiques de la jonction V.24 : 40
d) Les principaux circuits de la série 100 : 40
e) Autres circuits de la série 100 : 41
f) Normalisation : 42
g) Utilisation des signaux V.24 : 42
h) La connexion par modem sur RTC : 44
i) Le connecteur V.24 : 46
j) L'avis électrique V.28 : 48
k) L'interface électrique CCITT V.11 ou EIA RS232 : 48 XII. Les interfaces X.21 et X.21bis : 48 a) Généralités sur X.21 : 48
b) Caractéristiques électriques de X.21 : 49
c) Les différentes phases de fonctionnement : 50
d) La phase de repos : établie pour un minimum de 24 temps d'horloge : 50
e) La phase de commande d'appel : 52
f) La phase de transfert de données : 53
g) La phase de libération : depuis tous les états 53
h) Conclusion sue l'interface X.21 : 54
i) Adaptation de l'interface X.21 : l'avis X.21 bis : 55 ARCHITECTURE DES RÉSEAUX LOCAUX
I. Généralité sur les réseaux locaux : a) Définitions
- Un réseau local est un système de communication : * destiner à relier des équipements divers
(ordinateur/imprimante/périphériques),
* permettant le partage des ressources par des utilisateurs
géographiquement répartis,
* à haut débit sur une courte distance (au sein d'une
entreprise ou d'un campus). - Qu'est ce qu'un système ouvert : * Un système est l'ensemble comprenant les ordinateurs,
terminaux, moyens de transfert d'information et constituant un tout
capable d'effectuer des traitements et/ou des transferts
d'informations.
* Un système ouvert est un système capable de communiquer avec
d'autres systèmes conformément aux normes OSI. - Qu'est ce qu'un processus : * élément d'un système effectuant un traitement d'informations
pour une application.
b) Avantages de la mise en réseau des ressources :
- Le partage des ressources : * des périphériques tels les imprimantes, lecteurs ZIP ou JAZZ,
scanners ...,
* des données tels que les fichiers et les logiciels. - Les facilités : amélioration de la réactivité dans l'entreprise. * Gestion du temps de connexion de certains postes de travail,
* personnalisation de son environnement,
* dialogue en temps réel entre postes (messagerie électronique,
talk). - Fiabilité du système : * Protection d'accès aux fichiers et aux logiciels par mot de
passe,
* duplication des machines et/ou des données. - Réduction des coûts : * Diminution de la taille des ordinateurs,
* tendance actuelle : un ordinateur par personne, données
partagées, serveur,
* beaucoup d'ordinateurs groupés : notion de réseaux locaux
d'entreprises.
c) Place des LAN dans les réseaux informatiques :
- Les différents types de réseaux se distinguent par : * la distance qu'ils couvrent et le débit,
* le type de commutation (Circuit, messages, paquets,
cellules),
* le temps de réponse et le niveau de services offerts (couche
de service mise en oeuvre).
- Trois grands types de réseaux : LAN, MAN, WAN * LAN (Local Area Network) :
( assure la mise en commun des ressources au sein d'une
entreprise voir un campus,
( le diamètre de la surface qu'il dessert n'excède pas
quelques kilomètres,
( le débit nominal est de quelques Megabits par seconde,
( il ne dessert qu'une seule organisation située dans un
domaine privé,
( il échappe donc aux éventuels monopoles des
télécommunications,
( DAN (Départemental Area Network) : réseau départemental,
( BAN (Building Area Network) : réseau d'établissement
quelques centaines de mètres,
( CAN (Campus Area Network) : réseau de terrain de
quelques kilomètres. * MAN (Métropolitan Area Network) :
( réseau intermédiaire desservant une ville entière mais
utilise la technologie des RL,
( assure la mise en commun des ressources au sein d'une
entreprise voir un campus,
( existe en analogique (réseau câblé TU) et surtout en
numérique (FDDI). * WAN (Wide Area Network) :
( dessert des pays entiers,
( le débit binaire est généralement inférieur au Mégabit
par seconde,
( les composants appartiennent à plusieurs organisations :
. les fournisseurs réseau possèdent les moyens de
transmission,
. les utilisateurs privés possèdent les équipements
terminaux.
( utilise les satellites, Transpac (X25), réseaux
téléphoniques commutés, Télex... Débit
LAN 10/100 Mbps
TE10-12 à 10-16 Distance
DAN CAN
BAN
TE 10-7 à 10-10 64 kbps (2Mbps 64 Kbps
MAN WAN 10m
100m
km
qques 10kms
>100kms II. Grandeurs utilisées dans les réseaux : a) Définitions majeures :
- Taux d'erreur (TE) : * nombre de bits erronés reçus par rapport au nombre de bits
total transmis,
* le TE classique d'une ligne téléphonique est de 10-6. - Taux d'Erreur Résiduel (TER) : * nombre de bits reçus après correction sur le nombre total de
bits transmis,
* il s'agit donc d'un nombre de bits erronés non détectés
malgré les protections,
* le TER permet d'évaluer le degré de sécurité d'une liaison
via les protections,
* les méthodes de protection peuvent faire chuter de 10-4 le TE
d'une liaison,
* ces méthodes interviennent au niveau 2 du modèle OSI de
l'architecture. - Débit binaire : D ou vitesse de transmission d'un canal * nombre d'éléments binaires transmis par unité de temps en
bits par seconde.
* D=1/T (T étant la période de transmission de n bits)
différent de RM (Rapport de Modulation). - Rapport de Modulation : Rm (Caractéristique physique de la ligne). * nombre maximal de changement d'états du signal par unité de
temps en bauds.
* la valence : V = nombre total d'états possibles de
l'information. * le moment : m= nombre de bits de codage de l'information et
V=2m, MODULATION DE PHASE
90°
01
V = 4
m = 2bits
dibits
x x état 0 0 0°
0 1 90°
1 1 270°
1 0 180°
loga(x) = ln(x)/lna
Rm = 1/(t et D = Rm log2(V) = m.Rm
D = 1/T
Rm = 1/(t ((t = intervalle significatif) 270°
180°

00
11
10
- Capacité d'un canal : C * débit binaire maximum d'une liaison en bits par seconde,
* Formule initiale : C = BPlog2(V) avec BP la bande passante du
canal,
* Intégration des bruits dans le canal : puissance du bruit N
(noïse) :
C = BP log2 (1+ S/N) car V = (S+N)/N * le rapport S/N ou SNR dans la formule est un rapport de
puissance,
* ce rapport est souvent donné en décibels :
(S/N)db = 10 log10 (S/N)
S/N = 10 (S/N)db/10
b) Applications :
- Exemple 1 : * On désire transmettre par paires, les
ads