SOINS INFIRMIERS EN HEMODIALYSE

Toutes les techniques actuelles de la coro. dérivent de l'idée initiale de Sones qui a été simplifiée par le cathétérisme ... Faire enlever tout vernis (surveillance coloration) ... Arrêt de toute héparinothérapie en cours, 24 heures avant l'examen .

ads

un extrait du document



SOINS INFIRMIERS EN HEMODIALYSE SOMMAIRE 1. RAPPELS 1.1. FONCTION DU REIN
1.2. INSUFFISANCE RENALE
- L'insuffisance rénale aiguë
- L'insuffisance rénale chronique
1.3. HEMODIALYSE
1.4. REIN ARTIFICIEL 2. LES DIFFERENTES VOIES D'ABORD 2.1. LES ABORDS ARTERIO-VEINEUX
2.2. LES ABORDS VEINO-VEINEUX
- Cathéter simple lumière type SHALDON
- Cathéter double voies type CANAUD 3. "L'ASPECT TECHNIQUE" DE LA DIALYSE : ROLE DE L'IDE 3.1. LA POSE DE CATHETER 3.2. BRANCHEMENT D'UNE DIALYSE 3.3. SURVEILLANCE D'UNE DIALYSE 3.4. DEBRANCHEMENT D'UNE DIALYSE
4. INCIDENTS - ACCIENTS EN HEMODIALYSE 4.1. L'HYPOTENSION
4.2. L'ANGOR
4.3. L'OEDEME AIGU DU POUMON
4.4. CRAMPES MUSCULAIRES
4.5. HYPERKALIEMIE
4.6. HEMOLYSE AIGUE
4.7. L'EMBOLIE GAZEUSE
4.8. COAGULATION DU CIRCUIT
5. ROLE DE L'IDE DANS LA PREVENTION et LE DEPISTAGE DES COMPLICATIONS DES
VOIES D'ABORD CHEZ LE DIALYSE 5.1. PROBLEMES ET COMPLICATION SUR LES VOIES D'ABORD
- Complications communes aux abords artério-veineux et veino-
veineux
- Complications des abords artério-veineux
- Complications des abords veino-veineux
5.2. LES ABORDS VEINO-VEINEUX
- Préserver le capital veineux
- Bien informer le patient ou le service de soins
- Connaître les conditions d'utilisation de l'abord vasculaire
5.3. DEPISTAGE DES COMPLICATIONS
- Examen clinique attentif de l'abord vasculaire 6. ROLE DE L'IDE DANS L'EDUCATION DU PATIENT DIALYSE 6.1. EDUCATION PAR RAPPORT A LA VOIE D'ABORD
6.2. EDUCATION PAR RAPPORT AU REGIME ALIMENTAIRE
- Examen clinique attentif de l'abord vasculaire 7. LA RELATION SOIGNANT / SOIGNE EN DIALYSE 7.1. DIFFICULTES RENCONTREES PAR LE PATIENT DIALYSE
- Les difficultés d'ordre moral et physique
- Les difficultés d'ordre familial et social
- Les difficultés d'ordre professionnel
- Les difficultés à réorganiser leur vie
- Les difficultés face au régime
- Les difficultés rencontrées pendant la séance
- Les difficultés rencontrées par rapport à l'avenir
7.2. DIFFICULTES AUXQUELLES DOIVENT FAIRE FACE LE SOIGNANT
- Faire face aux différents comportements
- Maîtrise de la technique
- Faire face aux incidents en cours de séance
- Gérer les charges émotionnelles
- Confrontation à l'échec et à la mort SOINS INFIRMIERS EN HEMODIALYSE 1. RAPPELS 1. FONCTIONS DU REIN :
. Filtration du sang
. Elimination des déchets métaboliques
. Equilibre acido-basique
. Rôle dans la régulation de la tension artérielle (système rénine -
angiotensine)
. Rôle dans l'érythropoïèse
. Transformation de la vitamine D en sa forme active permettant
l'absorption du calcium par l'intestin grêle
2. INSUFFISANCE RENALE :
Diminution ou arrêt de la filtration glomérulaire. Elle est classée en deux
types : aiguë ou chronique - L'insuffisance rénale aiguë :
Est un syndrome clinique dans lequel les reins cessent brusquement et
complètement de fonctionner, ou presque complètement. Le signe d'appel de
l'insuffisance rénale aiguë est la diminution du débit urinaire que l'on
classe généralement en oligurie (débit urinaire de moins de 500 ml par
jour), ou en anurie (débit urinaire de moins de 50 ml par jour).
Causes :
- Hypovolémie
- Diminution du débit cardiaque
- Nécrose tubulaire aiguë (lésion aux tubules rénaux par l'ischémie
ou des toxines)
- Calculs rénaux - L'insuffisance rénale chronique :
Est une diminution progressive et généralement irréversible du taux de
filtration glomérulaire pouvant provenir entre autres affections, d'une
glomérulonéphrite chronique, d'une pyélonéphrite, du diabète, d'une maladie
polykystique congénitale ou encore de la perte de tissu rénal causée par un
traumatisme...
L'insuffisance rénale se développe en 3 étapes :
Dans la première étape, la diminution des réserves rénales, les néphrons
sont détruits dans une proportion pouvant atteindre 75 %. A ce stade, il
est possible qu'il n'y ait aucun symptôme, car les néphrons restant
accomplissent la fonction de ceux qui ont été détruits. Lorsque la
destruction des néphrons se poursuit, l'équilibre entre la filtration
glomérulaire et la réabsorption tubulaire est rompue ; toute modification
du régime alimentaire ou de l'apport liquidien entraîne l'apparition des
symptômes.
La destruction de 75 % des néphrons marque la deuxième étape appelée
insuffisance rénale. A ce stade, on note une diminution du taux de
filtration glomérulaire et une augmentation des taux de déchets azotés
(urée) et de créatinine dans le sang. Les reins ne sont plus en mesure de
concentrer ou de diluer l'urine.
La dernière étape, appelée phase finale de l'insuffisance rénale (urémie),
se produit lorsqu'en environ 90 % des néphrons sont détruits. A ce stade,
le taux de filtration glomérulaire diminue pour n'atteindre qu'environ 10 %
de son taux normal, et les taux de déchets azotés et de créatinine
continuent d'augmenter. La réduction du taux de filtration glomérulaire
entraîne l'oligurie.
Parmi les effets causés par une insuffisance rénale, mentionnons :
- l'?dème provenant de la rétention de sel ou d'eau
- l'acidose due à l'incapacité des reins d'excréter des substances
acides
- l'azotémie, particulièrement l'urée, en raison d'une mauvaise
excrétion rénale des déchets métaboliques
- l'hyperkaliémie pouvant provoquer un arrêt cardiaque
- l'anémie puisque les reins ne peuvent plus élaborer le facteur
stimulant l'érythropoïèse, nécessaire à la production d'hématies
- l'ostéomalacie car les reins ne sont plus en mesure de transformer
la vitamine D en sa forme active nécessaire à l'absorption du
calcium par l'intestin grêle.
Les traitements sont donc :
- l'Epuration extrarénale (traitement de suppléance) qui va
permettre de filtrer et d'épurer le sang du patient + l'apport
médicamenteux
- la greffe rénale (traitement de remplacement). 3. L'HEMODIALYSE :
Elle consiste en un échange entre le sang du patient et une solution (le
dialysat) de composition électrolytique proche de celle du plasma normal, à
travers une membrane semi-perméable. Elle permet l'épuration des déchets et
la normalisation des électrolytes plasmatiques. Pratiquées plusieurs fois
par semaine (2 ou 3 fois voire plus), ces épurations extrarénales (EER)
permettent la survie théoriquement illimitée du patient. 4. REIN ARTIFICIEL OU HEMODIALYSEUR :
Il se compose schématiquement d'une membrane semi-perméable séparant deux
compartiments dans lesquels circulent respectivement le sang et le bain de
dialyse. 1. LES DIFFERENTES VOIES D'ABORD
1. LES ABORDS ARTERIO-VEINEUX > Les fistules artério-veineuses (FAV) :
Elles résultent d'une anastomose entre une artère et une veine
superficielle au niveau de l'un des membres supérieurs et
préférentiellement du côté non dominant. Ce geste chirurgical est réalisé
pour obtenir une "artérialisation" de la veine :
- amélioration du débit
- possibilité de ponctionner plusieurs fois par semaine
L'anastomose le plus souvent réalisée, se fait entre l'artère radiale et la
veine radiale : la FAV radio-radiale. On pourra aussi voir des FAV huméro-
céphaliques ou huméro-basiliques. > Les pontages artério-veineux :
Un greffon de veine transposée homologue (saphène) ou un greffon en tissu
synthétique (goretex...) est interposé entre une artère et une veine
profonde. 2. LES ABORDS VEINO-VEINEUX > Cathéter simple lumière type SHALDON :
Il se pose préférentiellement au niveau d'une veine jugulaire ou sous-
clavière parfois même fémorale. C'est la voix d'abord privilégiée dans le
cadre de l'urgence et destinée à une utilisation à court terme (pas plus
d'un mois). Le traitement du sang durant l'hémodialyse se fait en deux
temps : l'aspiration et le traitement par la machine puis la restitution du
sang "nettoyé" au patient. > Cathéters type CANAUD :
Il s'agit de deux cathéters posés en général au niveau d'une veine
jugulaire qui sont ensuite tunellisés suivant un trajet sous-cutané. Le
trajet sous-cutané a pour intérêt d'éloigner le point de pénétration du
cathéter dans le vaisseau ponctionné, de l'orifice cutané, point de départ
habituel des infections et d'avoir ainsi un cathéter mis en place pour une
utilisation à long terme (des années...). Les deux phases de traitement du
sang (aspiration/traitement et restitution du sang au patient) se font en
même temps. 2. "L'ASPECT TECHNIQUE" DE LA DIALYSE : ROLE de l'IDE
1. LA POSE DE CATHETER :
Elle se réalise au sein même du service dans une salle réservée à cet
effet. L'infirmière va servir d'assistante au médecin qui va ?uvrer.
Son rôle :
> Préparer la salle, sortir le matériel nécessaire...
> Installer le patient le plus confortablement possible et le rassurer en
expliquant le déroulement des opérations avant et pendant la pose du
cathéter.
> Veiller à ce que le patient ait eu les examens demander avant
l'intervention (surtout bilan de coagulation et prélèvement
bactériologique nasal)
ads