Cours alarme incendie 2013

ELEMENTS DE COURS. Description des ... Licences et brevets du personnel technique d'exploitation et d'entretien. Navigabilité des .... le système qualité et l' organisation de la surveillance de ce système qualité. - la tenue à jour des ...

ads

un extrait du document



ALARME INCENDIE Depuis des millénaires, l'homme est fasciné par le feu et dépendant
de lui. Il a besoin de cette énergie pour cuire ses aliments, se chauffer
ou bien pour transformer des matériaux. Le feu est tout autant utile qu'il
est dangereux. Même si, à l'heure actuelle, l'électricité a remplacé en
grande partie la flamme nue, des incendies involontaires dus à la
génération d'étincelles, à des courts-circuits électriques et à des
explosions continuent à se déclarer. Dans sa phase naissante, un incendie peut encore être éteint avec un
verre d'eau, quelques minutes plus tard il faut déjà un seau d'eau et plus
tard encore, des tonnes d'eau ne suffisent souvent plus pour éteindre un
incendie. Les équipements de détection d'incendie automatique jouent en
conséquence un rôle important, quelquefois déterminant, dans la course
entre la propagation de l'incendie et la mobilisation des forces
d'extinction et par conséquent des pompiers.
1. La réglementation [pic]
[pic] 2. Système de Sécurité Incendie a) Définition et principe [pic] b) Catégories de S.S.I Les S.S.I. sont répartis en cinq catégories plus ou moins complexes
suivant le niveau du risque incendie. L'affectation d'une catégorie de
S.S.I. à un type d'établissement est déterminée par les dispositions
particulières du règlement de sécurité de chaque type d'établissement ou à
défaut par la commission de sécurité. Leurs diverses configurations sont
schématisées et décrites ci-dessous :
[pic]
3. AP-MIS AP-MIS résulte de la contraction de :
- APSAD : Assemblée Plénière des Sociétés d'Assurances Dommages
et de :
- CNMIS : Comité National du Matériel d'Incendie et de
Sécurité.
Cette qualification AP-MIS, créée avant tout POUR L'UTILISATEUR,
garantie que l'installation de détection automatique d'incendie sera
réalisée en conformité absolue avec les exigences de la réglementation.
En effet les contrôles portent sur :
- l'organisation,
- les moyens,
- les structures,
- l'assurance qualité appliquée à l'installation
- la maintenance
- la connaissance des responsables et de l'encadrement technique (phénomène
du feu,
règles et documents techniques, réglementation...).
La qualification AP-MIS est une compétence officiellement reconnue dans le
domaine de la détection incendie. 4. Concepts incendie Rôle d'un système d'alarme incendie : L'installation d'un système d'alarme incendie a pour
objectif de déceler et signaler, le plus tôt possible tout en évitant au
maximum de délivrer des alarmes intempestives, la naissance d'un
incendie, afin de réduire le délai de mise en ?uvre de mesures adéquates
de lutte contre cet incendie. a) Domaine de surveillance incendie Le domaine de surveillance du système d'alarme incendie doit
être précisé par le prescripteur après consultation des autres parties
intéressées (fournisseur du système, installateur ...).
En règle générale, la surveillance doit être totale, c'est-à-
dire que l'installation doit couvrir l'ensemble de l'établissement.
Cependant, dans certains cas, l'installation peut ne surveiller que
certains locaux ou ensembles de locaux de l'établissement ; les locaux
surveillés doivent alors être isolés de ceux qui ne le sont pas par des
séparations dont la nature doit être définie par le prescripteur. Il est toutefois admis d'exclure de la surveillance les
locaux suivants :
- les sanitaires et/ou douches à condition qu'ils ne servent pas au
stockage de produits.
-les gaines et chambres de tirage de câbles d'une section inférieur à 2
m2 à condition qu'elles soient incombustibles et recoupées au passage des
planchers, plafonds et murs, selon un degré de coupe-feu correct ; le
degré coupe-feu devant être restitué après le passage des câbles..
- les espaces limités par les faux-plafonds et les faux-planchers (dits
espaces cachés) ne contenant que des matériaux d'Euroclass A1, dont la
hauteur est inférieure à 0,80 m et qui sont compartimentés à l'aide de
matériaux incombustibles en cantons dont la plus grande dimension ne doit
pas excéder 10 mètres.
b) Adaptation au risque le plus probable
Une installation de détection qui surveille un local devrait en
principe donner l'alarme pour n'importe quelle nature de feu qui s'y
déclare. L'emploi d'un seul type de détecteur ne permet généralement pas
à l'installation d'être sensible à tous les phénomènes caractéristiques
d'un début d'incendie. L'analyse des causes du feu et des scénarios de
développement les plus probables permet de choisir les détecteurs les
mieux adaptés à assurer une détection précoce et sûre. Le choix judicieux d'un détecteur et de son emplacement a pour objectif :
- la détection précoce d'un incendie pour assurer la
protection des personnes.
- la détection sûre pour limiter les fausses alarmes
ou déclenchements intempestifs.
c) Choix des systèmes d'alarme incendie
Il sera fonction des différentes réglementations en vigueur, des types
d'établissement correspondants ainsi que de l'avis de la commission de
sécurité.
5. La détection automatique
a) Critères de sélection des détecteurs
Le développement d'un feu dans sa phase initiale peut se présenter
sous trois formes : - Lente : feu couvant : faible ou fort dégagement de fumée
claire ou sombre, rayonnement des flammes très faible ou nul. - progressive : feu couvant, puis ouvert avec flammes dans un
délai court. Les manifestations sont identiques au feu couvant, mais
lors de la combustion vive, l'apparition des flammes entraînera selon
leur importance, un dégagement de chaleur plus ou moins élevé. - rapide : feu ouvert : fort dégagement de chaleur,
rayonnement intense des flammes, fumées sombres intenses ou non. b) Les différents types de détecteurs Il existe trois types de détection automatique :
- Les détecteurs ponctuels
- Les détecteurs linéaires
- Les détecteurs multiponctuels par aspiration
[pic]
Les différents modes de détection
[pic]
c) Les détecteurs automatiques ponctuels
Il existe trois grandes familles :
Détecteurs de fumée : - Détecteur ionique ponctuel : basé sur le principe de l'ionisation.
- Détecteur optique ponctuel ou linéaire : basé sur le principe de
l'opacité. L'arrêté interministériel du 18/11/2011 instaure le retrait
progressif de tous les Détecteurs ioniques, à la charge et sous la
responsabilité des détenteurs. Ces derniers doivent recenser leur
parc et en communiquer le résultat à l'Institut de radioprotection
et de sureté nucléaire (IRSN). Les détenteurs ont ensuite six ans
(jusqu'au mois de décembre 2017) pour les retirer et les remplacer.
Sous certaines conditions, ils peuvent bénéficier d'un délai
supplémentaire de quatre ans (jusqu'au mois de décembre 2021). | [pic] |Ces détecteurs contiennent des radioéléments, sources scellées|
| |dans des capsules inviolables et identifiés par le symbole |
| |ci-contre. En cas d'avarie ou d'inutilisation, ils devront |
| |être impérativement retournés au constructeur pour destruction|
| |dans les conditions réglementaires. |
Détecteurs de chaleur et de température
- Détecteurs thermostatiques : il convient, notamment si l'on veut
que l'alarme soit déclenchée quand la température atteint un
certain seuil. En principe, ces détecteurs ne doivent être utilisés
qu'en association avec un autre type de détecteur.
- Détecteurs thermovélocimétriques : sont conçus pour répondre à des
vitesses d'élévation de la température supérieure à 3°C/mn. Détecteur de flamme ( Optique Ultra Violet)
Des détecteurs de flamme doivent être retenus lorsque l'analyse
laisse prévoir un incendie accompagné d'une combustion avec flammes
(par exemple en présence de liquides inflammables ou de gaz).
En raison de la surface relativement importante qu'ils peuvent
surveiller, ils sont particulièrement adaptés à la protection de
bâtiments vastes et de hauteur importante. d) Les détecteurs automatiques linéaires
Il existe deux types de montages, le premier montage est d'un émetteur
qui envoie en permanence un faisceau lumineux sur le récepteur. Le deuxième
montage est composé d'un émetteur/récepteur qui envoie un faisceau lumineux
sur un réflecteur qui lui aussi renvoie le même faisceau sur la partie
récepteur du montage.
Son fonctionnement est très simple, en l'absence de fumée ou d'autres
particules, le faisceau lumineux arrive sur le récepteur avec une certaine
puissance. Lorsque la fumée traverse le faisceau, celle-ci va atténuer la
puissance du faisceau. Pour qu'il y est une alarme, il faut que le
récepteur reçoit une puissance inférieure à un certain seuil.
e) Les détecteurs automatiques multiponctuels
Principe de fonctionnement
[pic]
6. Déclencheurs manuels
Appareils qui à partir d'une action manuelle, permettent le déclenchement
de l'alarme générale. Technologie
L'organe de déclenchement peut-être :
- une vitre pré cassée (coffret à bris de glace)
- une membrane (coffret à membrane déformable)
7. Diffuseurs sonores
Dispositifs permettant l'émission du signal d'alarme générale destinée
à avertir le public d'évacuer l'établissement. Le niveau acoustique doit
avoir un niveau sonore nettement supérieur au bruit ambiant de manière à
être audible en tous
ads